Johan Gaume

Instagram

Interview

1/ Hello, peux tu te présenter ? D’ou viens tu ?

Hello ! Je m’appelle Johan, j’ai 27 ans, je viens de Morteau comme la saucisse dont je suis très fièr. En ce moment je suis entre Davos en Suisse et Grenoble et je fais de la recherche sur les processus de déclenchement des avalanches pour améliorer leur prévision.

2/ Que représente Picture pour toi ?

Picture ça veut dire Image et qui dit Image dit également Emile et Images et donc « Capitaine abandonné », « Ville de lumière » les 80’s tout ça quoi. Bref c’est un retour aux sources, aux couleurs fun et flashies qu’arboraient fièrement nos parents mais en plus avec Picture tu as chaud et t’es pas mouillé à la fin de la journée ! Et cerise sur le gâteau, c’est fait avec des matériaux écologiques et recyclables ! Bingo !
Pour moi ça représente une marque faite par des passionnés de sports de montagne, de nature, qui sont concernés par l’environnement et surtout qui ne se prennent pas trop au sérieux et préfèrent les 80’s à Booba, et ça, et bien ça compte vraiment pour moi !

3/ Parles nous de tes débuts en snowboard. Comment as tu commencé ?

J’ai commencé le snowboard assez tard, je devais avoir 14ans. Je faisais beaucoup de skateboard ce qui m’a amené assez naturellement à faire de la planche à neige. Quand j’ai débuté, je me souviens que mon oncle m’avait emmené à la Bonnade, célèbre piste de ski du Val de Morteau et m’avait envoyé un espèce d’immense rodeo sorti de nulle part, c’était énorme et ça m’a bien motivé à continuer ! Ensuite j’ai beaucoup ridé avec Tristan Moréale dit Morteau Morille, célèbre comique franc-comtois et excellent snowboardeur aux appuis carre front à l’ancienne destructeurs ! A cette belle époque, on a eu construit de nombreux kickers d’arrière pays, au Meix Musy et au Mont Chateleu, point culminant du Val à environ 1300m d’altitude et on a même ridé la fameuse barre de fer de la poste c’est dire ! Ça déconne pas dans le haut jte dis dediou, ya pas que dla saucisse debleu ! Bon ben 1300m par contre, t’imagines bien qu’on faisait pas plus de 3 semaines de ride par an ! Bon puis quand j’ai eu 20ans, je me suis installé à Grenoble moi et feu ma fiat tempra break tunnée avec boule de volant et lecteur cassette auto-reverse et c’est là on va dire que je me suis mis plus sérieusement au snowboard notamment en devenant initiateur freestyle à l’EGUG ce qui m’a énormément appris !

4/ Tu te rappelles de ta première board ? de ton 1er tricks ?

Ma première board c’était une Décathlon, une Quechua ! Jme souviens quand je l’ai eu à Noël, je n’ai pas pu m’empêcher de la rider direct sur mon lit et j’ai cassé la moitié des lattes ahah!
Mon premier tricks, qui était en même temps mon seul tricks de l’époque c’était un Underflip 540 ! Je faisais que ça et un peu partout, du kicker à la motte de terre ! Je me souviens avoir essayé la première fois sur une sorte de mini quarter à Châtel où mon oncle m’avait emmené avec une équipe d’envoyeurs de pâté, plus fous les uns que les autres ! Bon moi ça ressemblait plus à une roulade machine à laver mais c’était un début !

5/ Comment va s’organiser ta saison cet hiver ? Que prévois tu ?

Alors tout d’abord, je suis en train de suivre une intense préparation physique à base Saucisse de Morteau enrichie en protéines, d’œuf cru tous les matins avec un réveil 6h30 sur fond de Survivor « Eye of the Tiger », le petit caca de 7h00, la descente des 15 marches de mon immeuble et enfin un travail quotidien de visualisation dans l’objectif de lander le premier quadruple cork du monde, oui du mooonnde et battre Shaun White aux prochains JO. Pour ce faire, mon coach m’a conseillé de beaucoup jouer à SSX! Nan plus sérieusement cette préparation physique intense me permettra, je l’espère, de réussir le casting de « N’oubliez pas les paroles » sur Fr2 et pourquoi pas plus tard, si je m’en sens capable physiquement et psychologiquement, de tenter la nouvelle star !
En ce qui concerne le snowboard, je n’ai pas d’objectif particulier à part me faire plaisir, essayer de faire plus de Backcountry et de Freeride parce que je deviens vieux et que, malgré mon coté SM affirmé, mon corps aime de moins les chutes dans les snowparks gelés. Je vais continuer à shooter notamment avec Gaël « Tacos » Monier, Nitro et Picture entre Davos, Thyon les Collons, Morteau et autour de Grenoble pour essayer de ressortir une petite vidéo sympa l’année prochaine.

6/ Tu as eu l’occasion de beaucoup voyager, quel trip te reste le plus en mémoire? Pourquoi ?

Mon meilleur trip snowboard est définitivement celui qu’on avait organisé à Breckenridge/Keystone avec Picture, Andy Collet et Adi Bessac (Riot House Prod). Les park étaient juste parfaits, je n’avais jamais vu ça avant ! Sinon, un bon trip fun c’était les Jeux Olympiques étudiants en Turquie avec Maxence Tevelle. Pour te dire à la cérémonie de clôture des Jeux, on a engendré une immense émeute dans le stade! On a réussi à trouver un brèche dans la sécurité au moment où le « Johnny » turc (grande star locale) chantait, on s’est fait poursuivre par quasiment tous les agents présents et donc le reste du stade à réussi à pénétrer à son tour sur le terrain et là, la sécurité était débordée et ne pouvait plus rien faire à par laisser tout le monde célébrer cet attentat, dans la joie et la bonne humeur! On aurait pu bien se faire engueuler par la fédé mais fort heureusement, on avait préalablement échangés nos vestes de l’équipe de France contre les vestes de la Chine et de la Norvège, donc même si on est passé en direct à la télé turque, on est resté incognito !!

7/ Quels sont tes projets futurs et ambitions ? (Filmer, Compet, Trip freeride, Voyager, etc….)

J’aimerais bien me mettre de plus en plus au Freeride, à la rando en Splitboard et à l’alpinisme. On a fait notre 1er 4000m avec Thomas Delfino l’année dernière et on a vraiment adoré! C’est une approche complètement différente du snowboard que j’ai pratiqué jusqu’à aujourd’hui, il n’y a quasiment pas de limites, sauf celles que la nature impose et celles qu’on s’impose à soi-même, on se sent beaucoup plus libre même si les angoisses et les conséquences ne sont pas les mêmes… le plaisir à la descente est décuplé car tu sens que tu as mérité ton run! Par contre compte quand même faire quelques petites compet « à la cool » comme les Gangs of Thyon, la Poney Session et le Kumi Yama.

8/ Que fais tu quand tu ne rides pas ?

Quand je ne ride pas, je joue beaucoup de la guitare et je chante, en ce moment je suis pas mal sur du Claude François, Shy’m, Tal ou encore Katty Perry et Tribal King (je prépare un bon remix acoustique de « façon sex »). Je fais quelques dates de temps en temps, j’ai fait un petit concert récemment dans le téléphérique du Glacier 3000, c’était un beau moment d’émotion, surtout sur « Comme d’habitude » où j’ai senti une sorte d’osmose avec le public ! Normalement mon manager Max Cepi devrait me trouver des nouvelles dates pour la saison à venir afin de me chauffer un peu la voix en vue de n’oubliez pas les paroles et la nouvelle star ! Sinon ben j’aime bien regarder des bon films de Stallone ou de Jason Statham, un bon beauf quoi !

9/ As tu une anecdote marrante à nous raconter ?

Je crois que j’ai déjà pas mal raconté ma vie dans ce qui précède non ? Bon pour ceux qui en veulent encore plus et veulent suivre mes aventures à la minute vous pouvez liker ma fan page facebook « Johan Gaume à la Nouvelle Star » sur laquelle je poste toutes mes dernières chansons de manière régulière ou alors sur mes comptes twitter, instagram ou encore Google plus « Lorie, fait toi du soucis, Gérard arrive ».