Emballer pour protéger le produit, oui. Générer de la pollution plastique, non.  

Avant même d’être utilisé, un produit fini est déjà soumis à rude épreuve.

Premièrement, le transport entre l’usine de confection et le centre de stockage (par voie maritime dans notre cas) est long (environ 6 semaines), humide et souvent poussiéreux. Ensuite, le produit est manipulé, déplacé, stocké, avant de repartir pour sa destination finale : le magasin, ou chez vous. Il peut donc encore subir des chocs, être soumis à l’humidité ou à la poussière.

En somme, le produit a besoin d’être protégé dès sa sortie d’usine, et jusqu’à sa livraison. Pour cela, le sac plastique (ou polybag) est très majoritairement utilisé. Ses atouts sont nombreux : résistance, souplesse, et transparence pour le passage de douanes.

Mais c’est aussi une solution très polluante, à cause de son origine pétrolière et de sa fin de vie souvent non-maitrisée.

450 000

Produits à emballer

Chez Picture, 450,000 produits doivent être emballés chaque année, chiffre en constante augmentation, due à notre croissance.

Nous avons imaginé et testé plusieurs scénarios logistiques pour nous séparer des polybags, au moins partiellement en utilisant du carton, mais nos résultats n’ont pas été concluant pour une grande partie de notre collection.

Face à ce dilemme, comment continuer à utiliser le polybag ?

En maitrisant sa fabrication, et surtout sa fin de vie.